Perspectives d’investissement, juillet 2016

ANALYSE SEMESTRIELLE ET PREVISIONS

CETTE PUBLICATION SEMESTRIELLE S’ARTICULE EN TROIS PARTIES. NOUS RÉEXAMINONS TOUT D’ABORD LES ATTENTES QUE NOUS AVIONS FORMULÉES EN JANVIER. NOUS ANALYSONS ENSUITE PLUSIEURS INDICATEURS ÉCONOMIQUES CLÉS. ENFIN, NOUS PRÉSENTONS L’ALLOCATION D’ACTIFS RECOMMANDÉE POUR LE DEUXIÈME SEMESTRE 2016.

Les actions toujours préférées aux obligations de première qualité

Si nous avons depuis longtemps la conviction que les actions continuent à offrir une valeur relative supérieure à celle des obligations de première qualité, nous avons toutefois pris des mesures fermes début janvier. Nous avons ainsi nettement réduit notre exposition aux actions et fortement augmenté le niveau de liquidité. Ces décisions ont contribué à limiter en partie l’impact de graves tensions sur les marchés pour les portefeuilles.

Nous avions également fait part en début d’année d’un intérêt grandissant pour les actions des marchés émergents, intérêt qui s’est matérialisé par l’augmentation de notre allocation dans cette classe d’actifs en mars dernier. Autre conviction alors formulée : la nécessité de diversifier davantage les portefeuilles par le biais de placements dans des stratégies alternatives assorties d’une faible volatilité et avec une corrélation limitée aux actifs de gestion traditionnelle.

Une croissance économique mondiale décevante au premier trimestre, sans perspective de remontée au deuxième semestre

La croissance de l’économie mondiale a été une nouvelle fois inférieure aux estimations. L’économie américaine n’a progressé que modérément au premier trimestre et aucune autre grande économie n’est parvenue à compenser ce résultat décevant. La Banque mondiale, le FMI et l’OCDE ont revu à la baisse leurs prévisions de croissance pour 2016. Ces révisions sont intervenues avant la décision inattendue des électeurs britanniques de quitter l’Union européenne. Autant dire que les incertitudes n’ont fait depuis qu’augmenter. Ces perspectives assombries s’expliquent principalement par le fait que les banques centrales disposent désormais de très peu d’outils pour intervenir au niveau de l’économie réelle et que les États sont peu enclins à prendre des mesures d’incitation fiscale.

CONTENU DE LA LETTRE D'INFORMATION

  • SYNTHESE
  • L'ENVIRONNEMENT MACROECONOMIQUE
  • CONDITIONS FINANCIERES
  • MARCHES FINANCIERS
  • PERSPECTIVES DES MARCHES
  • ALLOCATION D'ACTIFS POUR LE 2e SEMESTRE 2016

Télécharger la lettre d'information en pdf

Mots-clés: Perspectives d'investissement