Lettre mensuelle | juin 2019

– 17% : LA PERFORMANCE DU SECTEUR DES SEMI- CONDUCTEURS EN MAI

2.06% LE RENDEMENTS À 10 ANS DES BONS DU TRÉSOR AU DÉBUT DE JUIN

 

Perspectives d’investissement

Le rallye des marchés mondiaux d’actions a connu un arrêt brutal en mai. L’optimisme du début d’année quant à un accord commercial sino-américain a laissé la place à des craintes d’une rupture des négociations et d’un ralentissement économique. Les prix des actifs risqués se sont dépréciés de manière généralisée; l’indice MSCI World en monnaies locales a perdu 6%, les spreads de crédit et de la dette émergente se sont écartés et les prix des matières premières ont baissé, avec une chute de 16% du prix du pétrole. Les flux de capitaux vers les actifs «refuge» ont contribué à la forte performance de la dette souveraine de qualité, de l’or et des devises défensives telles que le yen et le franc suisse. Le rendement à 10 ans des bons du trésor a chuté de 0.38% à 2.10%, le niveau le plus bas depuis septembre 2017, alors que le rendement des Bunds avec la même échéance a touché un plus bas historique de – 0.21%.

Une fois de plus, l’activité des «tweets» de Donal Trump a fortement pesé sur les marchés de capitaux ; le Président américain a accusé la Chine de ne pas tenir certaines promesses, a décidé de restreindre les ventes entre les entreprises U.S. et Huawei, a décidé de différer des tarifs sur les constructeurs automobiles européens et finalement menacé d’imposer de nouveaux tarifs sur les importations mexicaines. Cette mesure, totalement inattendue, pré- voit que les tarifs iront en crescendo si le Mexique ne contribue pas à limiter le flux de migrants. La campagne électorale de 2020 a véritablement démarré, avec Trump considérant qu’une guerre commerciale sur plusieurs fronts est un bon moyen de satisfaire sa base politique. Pour les investisseurs, l’augmentation du niveau d’incertitude rend le résultat de décisions d’investissement beaucoup moins prévisible, d’où le repli vers des actifs plus défensifs.

En plus des développements sur le commerce, les données économiques n’ont pas été d’un grand soutien pour les marchés; les indicateurs avancés ont été plutôt décevants, aux U.S. en particulier. Les résultats très attendus des élections européennes ont, quant à eux, rassuré les marchés ; les partis eurosceptiques n’ont que peu progressé et le nouveau parlement européen reflétera la fragmentation politique déjà observée dans de nombreux pays.

Le mois de mai a été dominé par des annonces relatives aux négociations commerciales et à une sanction contré le géant chinois Huawei, limitant les ventes des entreprises américaines à ce dernier. Cette mesure a déclenché une réaction en chaîne sur tout le secteur technologique, avec les fabricants de semi-conducteurs étant les plus affectés. Le graphique ci-dessus illustre la chute de 17% de l’indice Philadelphia Semiconductor au cours de mai, la pire performance mensuelle enregistrée depuis novembre 2008.

 

Stratégie d’investissement

Notre allocation d’actifs demeure relativement défensive en raison d’un degré d’incertitude grandissant et de craintes sur la faiblesse des données économiques. Nous ne prétendons pas que nous avions anticipé une inversion aussi prononcée de la tendance des marchés actions, mais nous pensions qu’ils escomptaient un scénario trop optimiste. Nous observons qu’ils comptent à nouveau sur l’aide de la Réserve Fédérale et que la probabilité d’un accord commercial sino-américain à court terme a diminué de manière significative. Dans ce contexte, il est difficile de justifier une augmentation du risque dans les portefeuilles, ce qui explique pourquoi nous maintenons notre allocation sous-pondérée aux actions.

La tendance récente des marchés obligataires a été plutôt dramatique, compte tenu de la chute des rendements; le changement des anticipations de baisses de taux par la Réserve Fédérale a également été spectaculaire. Les marchés assignent désormais une probabilité de 55% à trois baisses de taux de 0.25% cette année, comparé à seulement 2% de probabilité un mois auparavant! La divergence des marchés avec la position de la banque centrale devient assez extrême et cette dernière devra agir avec précaution afin de gérer au mieux la pression croissante des marchés.

NOUS MAINTENONS UNE ALLOCATION SOUS-PONDÉRÉE EN ACTIONS

 

Activité des portefeuilles / nouvelles

En mai, les portefeuilles ont cédé une partie de leur forte performance enregistrée au cours des quatre premiers mois. Ceci a surtout découlé de la faiblesse des marchés actions etd’un écartement des spreads de crédit. Les fonds obligataires plus défensifs ont terminé en territoire positif alors que la meilleure contribution a été produite par la stratégie de suivi de tendances (CTA), de par sa forte exposition aux taux. En termes relatifs, la majorité des fonds ont surperformé leurs indices de référence, à quelques exceptions près. Le fonds U.S. investissant dans les titres de valeur a été le plus grand détracteur et il a perdu toute sa surperformance de débutd’année. Malgré ce revers, nous maintenons notre confiancedans le gérant et avons augmenté les positions dans certains portefeuilles.

La dernière addition à notre liste de fonds est un fonds original géré en francs suisses qui investit dans les obligatations bien notées. La particularité de ce fonds estqu’il investit à la fois dans les emprunts de grande qualité avec une duration longue et jusqu’à un maximum de 30% dans des obligations convertibles notées « investment- grade » ; cette approche hybride permet au fonds de bénéficier de sa duration élevée et sa grande qualité dans les périodes d’aversion au risque et de sa sensitivité aux actions dans des marchés haussiers.

 

Télécharger la lettre d’investissement