Lettre mensuelle | Novembre 2019

LE DÉFICIT BUDGÉTAIRE U.S. A DÉJÀ DÉPASSÉ 1’000 MILLIARDS DE DOLLARS CETTE ANNÉE

+ 5.3% LE MEILLEUR MOIS POUR LA PARITÉ STERLING/DOLLAR DEPUIS 10 ANS

 

Perspectives d’investissement

Après un début de mois difficile, les marchés boursiers mondiaux ont terminé octobre en hausse. L’indice MSCI World s’est apprécié de 1,8%, en monnaies locales, et les actions japonaises ont continué de surperformer. Les marchés ont été largement dominés par une désescalade des tensions commerciales, la publication des résultats du 3ème trimestre et les événements liés au Brexit, qui ont tous contribué à l’amélioration du sentiment des investisseurs. Le S&P 500 a atteint un nouveau record historique, mais dans un contexte de faibles volume d’actions échangées et de profondeur de marché. Les rendements de la dette souveraine ont augmenté pendant la majeure partie du mois, jusqu’à ce que les dernières séances de négociation les voient s’inverser en raison de nouvelles craintes relative aux négociations commerciales et de la faiblesse des données économiques aux États-Unis. Le dollar américain s’est déprécié par rapport à la plupart des devises, principalement en raison de l’optimisme suscité par les négociations commerciales.

Lors de sa réunion d’octobre, la Réserve fédérale américaine a baissé son taux de référence de 0,25%, comme prévu, pour l’amener dans une fourchette de 1,50 à 1,75%. De manière peut-être moins attendue, la banque centrale s’est avérée moins accommodante, en signalant la pause de son récent cycle d’assouplissement. Le président de la Fed, Jerome Powell, a souligné que l’orientation actuelle de la politique monétaire serait appropriée tant que les publications économiques seraient alignées avec les perspectives de la banque. Powell a toutefois également clairement indiqué qu’une hausse de taux était peu probable compte tenu d’une inflation inférieure au taux cible.

La saison des résultats d’entreprises du 3ème trimestre bat son plein et, dans l’ensemble, celle-ci s’est avérée favorable pour les marchés boursiers. Avec 351 des 500 sociétés du S&P 500 ayant déjà publié, 70% ont battu les estima- tions de bénéfices des analystes et 60% les estimations de chiffres d’affaires. En Europe, les mêmes chiffres respectifs sont de 55% et de 60%.

 

Stratégie d’investissement

Les marchés boursiers mondiaux ont continué de progresser malgré le ralentissement de la croissance économique et l’absence de signes d’amélioration à venir. En revanche, les risques d’une récession semblent encore assez faibles, prin- cipalement grâce à la résilience des consommateurs, alors que les tensions commerciales ont diminué. Dans ce con- texte, les investisseurs estiment que les marchés bénéficient d’un scénario Boucle d’Or, avec une croissance modeste, même si elle ralentit, et d’un soutien monétaire des banques centrales grâce à des baisses de taux et à un biais accommo- dant. Au risque de ne pas profiter d’un potentiel de hausse jusqu’à la fin de l’année, nous maintenons notre modeste sous-pondération en actions. Nous considérons que la ten- dance actuelle des actions manque de conviction et nous considérons que beaucoup de nouvelles positives sont déjà escomptées dans les cours.

L’euro s’est récemment apprécié par rapport au dollar U.S., mais nous n’anticipons pas une hausse importante à ce stade. Depuis le début de l’année, la volatilité des devises a été contenue et les principales parités de devises n’ont pas beaucoup changé. Notre allocation par rapport au dollar reste sous-pondérée.

 

LES ACTIONS PROGRESSENT MAIS MANQUENT ENCORE DE CONVICTION

 

Activité des portefeuilles / nouvelles

Les portefeuilles ont terminé le mois d’octobre en légère hausse, en grande partie grâce aux performances positives des fonds en actions. Le rebond des rendements obligataires a fait en sorte que la contribution de l’ensemble de la pocheobligataire a été presque neutre. La contribution globale des placements alternatifs a été préjudiciable, car les stratégies CTA (suivi de tendances), Global Macro et Risk Premia ont généré de faibles performances négatives. Pour le deuxième mois consécutif, la meilleure contribution a été produite par le fonds U.S. investi dans les titres de valeur qui a continué de bénéficier de l’intérêt pour ce style d’investissement. Les actions japonaises et celles des marchés émergents se sont également bien comportées et ont refait une partie de leur retard observé depuis le début de l’année.

Nous avons investi dans un nouveau fonds de crédit à court terme en octobre. La stratégie du fonds repose sur un portefeuille diversifié d’instruments de crédit et se compose de trois sous-stratégies: portage (« buy-and-hold »), market timing (trading dans les nouvelles émissions) et stratégies dérivées (secteur/marché neutres, courbe de crédit, structure du capital…). L’historique de ce fonds depuis sa création est exceptionnel et il a terminé l’année 2018 en hausse, ce qui est remarquable, compte tenu des conditions de marché très difficiles. L’objectif principal de ce fonds est d’offrir une alternative à faible risque aux liquidités pour les portefeuilles libellés en euros et en francs suisses.

 

Télécharger la lettre d’investissement